Locavorisme : devrait-on manger local au quotidien ?

Locavorisme : devrait-on manger local au quotidien ?

décembre 10, 2019 5 Par Henri

L’alimentation est toujours au cœur de l’actualité, d’ailleurs, le terme « manger local » est souvent abordé dans les émissions de cuisine, les conseils nutritionnels sur internet, etc. Cette pratique présente bien des avantages, pour ne citer que les bienfaits apportés par les aliments frais. Le fait de consommer des produits locaux s’avère tout particulièrement favorable aux producteurs locaux et à l’économie locale. Exit les produits importés qui ont parcouru plusieurs kilomètres avant d’atterrir dans nos assiettes. Voici les avantages et les inconvénients qui résultent de la consommation de fruits, de légumes, de viande, de volaille et de produits bio en circuit court.

 

Quels sont les avantages du locavorisme ?

Le locavorisme c’est avant tout manger des aliments frais, des produits sains et d’une grande qualité nutritive. Les experts sont d’ailleurs unanimes sur le fait que les aliments perdent de leur teneur en nutriments dès la cueillette et au fur et à mesure du circuit de distribution. Autrement dit, plus le circuit est court, plus la qualité des aliments est préservée (vitamines, minéraux, saveurs, etc.).

Manger local, c’est aussi encourager l’économie locale, rentabiliser les fermes ainsi que les entreprises des environs. Il va sans dire qu‘en circuit court, les prix appliqués sont moins chers. En d’autres termes, tout le monde y gagne. Manger local est donc une pratique à promouvoir et qui rapporte autant pour les consommateurs que pour les producteurs. Et il ne faut pas oublier que le locavorisme, c’est également une source de plaisir.

Nous n’y pensons pas toujours, mais le fait de privilégier les produits locaux est un geste écoresponsable. Nous ne sommes pas sans savoir que le transport des produits importés contribue à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. De ce fait, nos choix alimentaires ont de véritables impacts sur l’environnement. Pour être plus explicite, le rythme de la nature doit être respecté pour protéger cette dernière, d’où la consommation de produits de saison. Ainsi, les dépenses en énergie ou en traitement sont considérablement réduites lorsque les intermédiaires sont moins nombreux. Il est d’ailleurs prouvé qu’une tomate cultivée sous serre est beaucoup plus polluante puisqu’elle émet 8 fois plus de gaz à effet de serre.

 

Quels sont les inconvénients du circuit court ?

Certes, le circuit court profite aux consommateurs et aux producteurs locaux, mais cela implique une réglementation sanitaire stricte. Les fermes locales doivent ainsi respecter les règles en vigueur, au risque de se faire sanctionner. Par ailleurs, dans le cadre d’un circuit court, le producteur vend directement ses produits.

Si cette méthode s’avère plus avantageuse, elle requiert un supplément de travail pour les agriculteurs car, outre leurs tâches quotidiennes, ils sont en charge d’écouler leurs produits sur le marché local. Ajoutez-y le transport et les tâches administratives comme la comptabilité. Forcément, un circuit court nécessite la mise en place d’un point de vente, l’aménagement de locaux de stockage ainsi que d’un laboratoire de transformation et de contrôle des produits. Bref, vendre localement requiert d’importants investissements pour le producteur.

 

Comment manger local au quotidien ?

C’est un fait, les Français font très attention au contenu de leur assiette. Et pour consommer des aliments sains, nombreux sont ceux qui privilégient les produits locaux. Manger local, c’est surtout consommer des aliments frais qui ont subi le moins de transport possible entre le champ et l’assiette. Pour ce faire, les producteurs proposent de livrer leurs clients à domicile au travers de marchés en ligne tels que Bonjour Le Bon, Pourdebon, Poiscaille, La Ruche qui dit Oui (à Paris uniquement).

Mis à jour le 10 avril 2020 : pendant le confinement, ces marchés en ligne qui livrent à votre domicile peuvent vous permettre de réduire vos déplacements conformément aux consignes données par le Gouvernement.

Sinon, ils sont nombreux à tenir des étals au marché du village. Pour ceux qui souhaitent aller à la rencontre de producteurs locaux, il existe des salons professionnels dédiés. Vous y trouverez, entre autres, les commerçants, les artisans des métiers de bouches, mais également les restaurateurs. Bien évidemment, les agriculteurs, les viticulteurs et les éleveurs ne sont pas en reste.

Pour bien manger, n’hésitez pas à arpenter les allées du marché. Partez à la rencontre des agriculteurs et des revendeurs de légumes bio. De leur côté, les enseignes de la grande distribution sont conscientes de la forte demande en produits locaux. C’est pourquoi nombreuses sont celles qui lancent leur propre marque et qui encouragent le développement du circuit court. Il n’est pas rare de trouver des supermarchés qui misent sur le circuit direct producteur.

Donc, si vous n’avez pas le temps d’aller au marché, le supermarché du coin pourra certainement vous fournir des aliments sains et locaux. Dans tous les cas, le locavorisme est donc un mode de consommation responsable qui permet de préserver l’environnement.